Former, impliquer, innover : les enjeux de demain

Entretien avec Philippe Laurent, maire de Sceaux, président du Conseil supérieur de la fonction publique territoriale (CSFPT) qui évoque la thématique du colloque et la place du management dans les évolutions liées à la FPT.

 

Qu’est-ce qui vous a motivé dans le thème du colloque ?

Philippe Laurent : « Le choix français a été de faire assurer les fonctions collectives par le service public. Ce choix est au coeur de notre modèle de société, solidaire, humaniste et animé par une notion d’intérêt général. Mon engagement politique est tourné vers cela et le CSFPT appelle par le dialogue social aux mêmes objectifs. Ce colloque se veut un temps d’échange non-partisan et innovant. Il s’inscrit dans une large réflexion tournée vers l’utilité et l’évolution de la fonction publique de proximité sans bloquer sur une logique de chiffres. »

 

Selon vous, le management a un rôle décisif à tenir dans les évolutions en cours. Quels en sont les enjeux ?

Philippe Laurent : « Le rapport du CSFPT sur le temps de travail(1) montre bien que la plupart des dysfonctionnements résultent d’un pilotage inefficace. La FPT vit un mouvement de professionnalisation identique à ce qu’ont pu connaître les établissements d’ensei-gnement supérieur après l’accès aux responsabilités et aux compétences élargies. L’enjeu principal est donc de former et d’impliquer davantage encore les élus et les cadres pour répondre aux enjeux des nouvelles technologies et de la dématérialisation et aux exigences élevées des usagers. La gestion des ressources humaines me semble être le grand domaine qui a le plus à gagner à innover. Cela passe par des perspectives accrues en matière de formation et de mobilité. La fonction publique doit s’adapter à l’évolution des besoins mais également mieux accompagner les hommes et les femmes tout au long de leur carrière. »
(1) Remis à la ministre de la Fonction publique en mai dernier.