Colloque national

L’avenir de la fonction publique territoriale est au coeur du débat présidentiel. Dans ce contexte, après avoir présenté les résultats de l’enquête d’opinion IFOP-MNT-SMACL Assurances sur le rapport des Français aux services publics de proximité, le débat a été engagé. Des élus locaux, des spécialistes et des acteurs influents de l’action publique locale ont échangé autour du thème « Utile et proche : inventons le service public de demain ».

 

Lire le compte-rendu complet

 
 
 

DÉBAT « Utile et proche : inventons le service public de demain

 

Première table ronde

Laure de la BRETECHE, Secrétaire générale pour la Modernisation de l’action publique

« Aujourd’hui, le numérique est absolument central dans notre société. Il influence la perception qu’ont les citoyens du caractère innovant de leurs services publics. Or, l’innovation ne se limite pas au critère technologique. Elle est également
centrale pour penser le rapport à l’accueil ou organiser le parcours d’un usager. Certaines innovations ne sont pas visibles ; elles n’en sont pas moins profondément utiles. (…) »

 

Florence TORNARE, fondatrice et déléguée de Villes Internet

En matière d’innovation appliquée aux services publics numériques, les usages se créent dans les territoires : l’innovation
est d’abord portée par les individus (…) Or, aujourd’hui, les habitants ne s’approprient pas facilement les services publics
numériques. Nous prônons la concertation des citoyens sur les services que les outils devront rendre ; au sein d’instances participatives qui peuvent devenir officielles. Par exemple, la Métropole européenne de Lille (MEL) a organisé un conseil métropolitain du numérique (…) Les services publics numériques doivent être rematérialisés à travers la médiation qu’offrent les agents ou les élus : ils sont les médiateurs de la démocratie. Il est nécessaire de revitaliser les centres bourgs au moyen de Tiers Lieu citoyen du service public numérique. Je lance un appel : « Élus, demandez à ce que vos mairies soient
connectées ».
Stéphane VINCENT, délégué général de la 27e région

La 27e Région s’est donnée pour mission de réfléchir à de nouvelles façons de concevoir des politiques publiques. (…)
Anciens fonctionnaires, consultants et chercheurs y forment non pas un « Think tank » mais un « Do tank ». Il faut passer d’une vision des services axée sur les infrastructures à une vision axée sur les usages : les citoyens ont acquis une expertise. (…) Quand on participe à la conception de sa maison, on l’habite mieux. Il en va de même pour les services publics : en participant à leur conception, les citoyens se sentent davantage partenaires qu’objets. Il s’agit d’une innovation sociale.
L’innovation ne peut plus se cantonner à des silos mais doit être abordée pour tous les bouts (organisation, accueil, services numériques, etc.) : la rencontre entre usagers et services, souvent décrite comme le dernier maillon de la chaîne, en est de fait le premier.

Retour en images >>

Seconde table ronde

Cédric SZABO, directeur de l’Association des maires ruraux de France (AMRF)

À mon sens, nous devons faire face à l’exigence de convergence entre élan de modernité, évolution nécessaire du service
public et obligation d’apporter une réponse aux besoins sociaux présents partout. S’il est incontestable que les élus doivent s’approprier le numérique, il serait utile que les prescripteurs développent une conscience de la réalité rurale et du rapport qu’entretient le citoyen avec le service public. Cette nécessité de convergence signifie que chacun doit comprendre que la rationalité technico-administrative est incompatible avec celle des besoins des citoyens et de la réponse à leur apporter.

 

Françoise GATEL, vice-Présidente de l’Association des maires de France, Sénatrice d’Île-et-Vilaine, maire de Châteaugiron

L’innovation n’est pas uniquement technologique ; cependant, pour pallier nos handicaps territoriaux, ces technologies
innovantes sont incontournables. (…) Encourageons l’innovation et la technologie mais demeurons conscients de la réalité des services à délivrer au public. Par ailleurs, l’innovation réside à mon sens dans la mise en réseau des services (mutualisation des services à l’échelle des intercommunalités). Chacun souhaite davantage de services publics, cependant, à ma connaissance, nos moyens vont diminuer. Nous avons une tradition dans mon territoire : essayer de faire mieux avec moins. (…) Si les fonctionnaires rendent un service remarquable, il nous reste à inventer un mode de coopération avec les citoyens. Il convient de dire aux citoyens qu’ils ne sont pas seulement des usagers pourvus de droits mais aussi des acteurs qui peuvent aider la collectivité à inventer des services.

 

Jacqueline GOURAULT, vice-Présidente du Sénat, sénatrice de Loir-et-Cher

[Concernant les déserts médicaux], les élus font face à de très importantes responsabilités et sont sommés de satisfaire
de nouveaux besoins. Ils doivent tenir compte des problématiques posées par la médecine qui fait partie des préoccupations majeures de la population ; ce, même si elle ne relève pas des compétences des collectivités. (…) Dans ce cas, la collectivité salarie les médecins. On ne peut se tenir à cheval sur deux systèmes. Il n’est pas raisonnable de revendiquer l’exercice de la médecine libérale et de demander une assistance publique pour s’installer. (…) Pour aller plus loin, faut-il légiférer pour mieux organiser l’installation des médecins sur le territoire de notre pays ? (…) La profession médicale doit se prendre en charge pour parvenir à définir, avec l’État, une meilleure implantation.
André LAIGNEL, premier vice-Président exécutif de l’Association des maires de France (AMF), maire d’Issoudun

Il est dit des nouvelles technologies que si elles sont nouvelles, c’est qu’elles sont forcément innovantes. Toute nouveauté
est-elle nécessairement innovation ? Nous oeuvrons au quotidien pour créer des services : chaque maire doit s’adapter aux attentes de sa population. Cette adaptation demande de l’esprit d’innovation à chaque instant. (…) Je considère que nos services publics de proximité sont bien plus innovants que ce que disent les Français dans ce sondage, qui, par ailleurs, est une excellente nouvelle pour le service public local. L’image qu’il véhicule de ces services est extraordinaire.

Conclusion de la seconde table ronde par Estelle GRELIER, Secrétaire d’État chargée des Collectivités territoriales

Retours en images >>

Conclusion de la matinée par Philippe LAURENT, Président du Conseil Supérieur de la Fonction Publique Territoriale, et maire de Sceaux

Retours en images >>